Jacques Necker (1732-1804)

Il naquit à Genève, le 30 septembre 1732, où son père Charles-Frédéric, né à Custrin en Poménarie, obtint le titre de bourgeois en 1726, il professa longtemps le droit public à l’académie de cette ville, et y mourut en 1760. Le jeune Necker fut destiné au commerce par la volonté de ses parents, mais appelé par ses facultés à l’étude des lettres et aux méditations de la philosophie comme à celles de la politique, il sortait d’une éducation où chacun de ces objets avait trouvé sa place, lorsqu’il vint à Paris faire son noviciat commercial à la maison de banque de M. Vernet. Le disciple devint bientôt le maître, et la maison Thélusson, où il entra comme associé, lui dut d’éclatants succès. Il consacra vingt ans à faire sa fortune. Elle fut aussi brillante qu’honorable. Parvenu à ce degré de richesse qui garantit tout ce qu’on peut désirer d’indépendance et d’agréments dans la vie, il tourna ses pensées vers des objets plus élevés. Nommé par la république de Genève son résident à la cour de France, il eut avec le duc de Choiseul des rapports d’affaires et de société, qui inspirèrent au ministre beaucoup d’estime pour son caractère et de goût pour son esprit. Syndic de la compagnie des Indes françaises, il avait eu le talent de la faire renaître de ses cendres en 1764 ; il eu le courage de la défendre en 1769 contre les attaques de l’abbé Morellet, contre l’intention qu’annonçaient les ministres de la détruire et contre le cri plus redoutable de l’opinion, qui regrettait qu’elle eût jamais existé. La compagnie fut détruite en 1770, mais parmi les souvenirs qui en restèrent fut celui du courage et du talent avec lequel Jacques Necker l’avait régie en 1764, et défendue en 1769. En 1773, il remporta le prix proposé par l’Académie française pour l’éloge de Colbert.




Source:
- Biographie Universelle Ancienne et Moderne Tome XXX - Michaud, Paris, 1842


Dernière modification le 4 avril 2005.