Trophée d'Auguste à La Turbie

Le Trophée d'Auguste est un monument commémoratif appelé aussi Trophée des Alpes, seul édifice de ce type qui subsiste encore du monde romain, avec celui de Trajan à Adam-Klissi en Roumanie. À la mort de Jules César, la plus grande partie des Alpes échappait à la domination romaine. La Gaule et l'Espagne étaient conquises, mais entre elles et l'Italie, des peuplades insoumises menaçaient constamment les communications de Rome avec ses positions transalpines. Octave Auguste le neveu de Jules César, entreprit de mettre fin à cette situation. Il paracheva et rendit définitive la conquête, commencée par son oncle. Le sénat et le peuple romain décrétérent en l'an VI avant Jésus Christ, d'ériger un trophée de près de 50 mètres de haut à la gloire de l'empereur César Auguste. Sur la face ouest figure, dans un cadre de 19 mètres de long, l'inscription de la dédicace du sénat et du peuple romain, suit l'énumération des 45 peuples alpins vaincus et soumis. Vénéré pendant les années de paix romaine, par déformations successives de Tropæa Augusti, le monument donna sont nom à la localité de La Turbie.
Dévasté et mutilé au cours des siècles, ses ruines servirent de carrière notamment pour la construction de l'église Saint-Michel. En 1857, les princes de Savoie, fils de Victor-Emmanuel II, obtinrent des travaux de consolidation. En 1865, cinq ans après le rattachement du Comté de Nice à la France, le Trophée fut classé monument historique. Sa renaissance débuta en 1905. Philippe Casimir [1] dégagea les structures antiques encore en place. Jules-Camille Formigé définit une restitution, fondée sur la réintégration dans le monument des éléments retrouvés. La guerre 1914-1918 repoussa cette entreprise.

Jules Formigé, architecte des Monuments historiques, comme son père, reprit le projet. Il rencontra par hasard l'Américain Edward Tuck. Ce mécène finança la restauration du Trophée (1923-1933) et l'installation d'un musée (1934). Dans les années 50, la démolition de quelques constructions permit la création d'un parc qui mit en valeur le Trophée.

TRADUCTION DE L'INSCRIPTION

À L'EMPEREUR CÉSAR AUGUSTE, FILS DU DIVIN [JULES CÉSAR]
GRAND PONTIFE, EMPEREUR POUR LA XIVº FOIS, TRIBUN POUR LA XVIIº FOIS
LE SÉNAT ET LE PEUPLE ROMAIN
PARCE QUE, SOUS SA CONDUITE EST SES AUSPICES, TOUS LES PEUPLES ALPINS QUI S'ÉTANDAIENT DE LA MER SUPÉRIEURE [ADRIATIQUE] À LA MER INFÉRIEURE [MÉDITERRANNÉE] ONT ÉTÉ SOUMIS À L'EMPIRE DU PEUPLE ROMAIN
PEUPLES ALPINS VAINCUS :   TRUMPILINI, CAMUNNI, VENNONETES, VENOSTES,
ISARCI, BREUNI, GENAUNES, FOCUNATES, QUATRES PEUPLES VINDELICI,
COSUANETES, RUCINATES, LICATES, CATENATES, AMBISONTES, RUGUSCI, SUANETES, CALUCONES, BRIXENTES, LEPONTI, VIBERI, NANTUATES, SEDUNI, VERAGRI, SALASSI, ACITAVONES, MEDULLI, UCENNI, CATURIGES, BRIGIANI, SOGIONTTI, BRODIONTI, NEMALONI, EDENATES, ESUBIANI, VEAMINI, GALLITAE, TRIULLATI, ECTINI,
VERGUNNI, EGUITURI, NEMETURI, ORATELLI, NERUSI, VELAUNI, SUETRI
Inscription rapportée par Pline l'Ancien dans son Histoire Naturelle, au livre III          Retour origine


Notes:
[1] : Certainement le personnage le plus important pour la restitution du Trophée d'Auguste. Né à la Turbie le 21 mai 1853, décédé le 21 mai 1939. Maire de la Turbie de 1912 à 1925. Grand historien de la Provence, savant érudit, écrivain et même journaliste. Jules Formigé dans la préface qu'il fit pour le livre de Philippe Casimir Le Trophée d'Auguste à la Turbie dit de lui « Ce qu'il y a de plus remarquable, d'unique peut-être en M. Philippe Casimir, plus rare encore que sa vaste bibliothèque, que ses énormes dossiers, que ses innombrables fiches entassées jour à jour dans sa belle vie d'étude : il a été l'homme d'une seule idée, qu'il a suivie passionnément, sans jamais faiblir, malgré les difficultés de tous genres, et avec le désintéressement le plus complet, en vrai savant. »  Retour au texte
Bibliographie:
- Le Trophée de La Turbie depuis 3000 ans par Philippe Casimir - Cannes, 1909
- Guide historique du musée du Trophée Romain de La Turbie par Philippe Casimir - Monté-Carlo, 1928
- Le Trophée d'Auguste à La Turbie par Philippe Casimir - Marseille, 1932


Dernière modification le 4 décembre 2005.
Retour haut de page Retour au sommaire Retour à la page d'origine